ExperimenTRADO
Portal de prácticas experimentales de Traducción y Documentación
 
Facultad6

Nuages tourmentés

Apprendre des erreurs de l’informatique en nuage

Traduction: NAOMIE NASSIVET / Révision: MARIE GOMRÉE (2015)

(PABLO GARCÍA HERNÁNDEZ (2011) « Nubes tormentosas. Aprender de los errores en el Cloud Computing ». Archivamos 81)


Pasarelas_Archivamos81_GarciaHernandez1L’informatique en nuage (ou « cloud computing ») continue sa rapide progression. Le nouveau concept informatique s’est affirmé et a conquis entreprises, institutions et particuliers. Ceux-ci ont démontré tout au long de l’année 2011 avoir résolument confiance en le Nuage. La preuve : le secteur affiche en Espagne une croissance de 42% par rapport à l’année 2010.

Cette croissance continuera de façon exponentielle ces prochaines années au niveau mondial, comme l’illustre l’étude Sizing the Cloud menée par Forrester Research. Cette récente étude estime que le secteur générera en 2020 des bénéfices supérieurs à 200 milliards de dollars. Elle affirme aussi que cette branche d’activité pourrait être saturée d’ici 2016.

Face à de tels résultats, bien lointaines semblent être les craintes et appréhensions de laisser la gestion des archives, alors stockés localement, à une tierce personne.  Malgré tout, il ne faut pas oublier que le Nuage fait partie du monde de l’informatique. Un monde de nature imparfaite où le moindre détail peut déclencher un violent orage.

Imaginez se réveiller un matin et se rendre compte que toutes les données stockées dans le Nuage étaient parties en fumée… Un cauchemar, me diriez-vous. C’est pourtant ce qui est arrivé aux clients de l’entreprise américaine Sidekick en 2009, après que le service de stockage des données soit resté inactif une semaine durant. Microsoft, l’entreprise responsable de l’hébergement, reconnaît avoir perdu les données des clients de Sidekick, sans possibilité de les restaurer à cause d’un « oubli » au moment de réaliser les sauvegardes. L’été de cette même année, PayPal a laissé pendant quelques jours des millions de commerçants sans possibilité aucune de vendre leurs produits après une supposée défaillance de logiciels ; et peu après, le géant Google a souffert d’un incident similaire, laissant 150 000 utilisateurs sans accès à leurs messageries électroniques.

Pasarelas_Archivamos81_GarciaHernandez2Depuis 2009, l’informatique en nuage, fruit des avancées technologiques, est devenue plus fiable suite à une grande évolution. Malgré cela, 2011 a été une des années les plus tourmentées pour le Cloud.

Les nuages noirs ont commencé à s’accumuler en janvier avec la coupure une heure durant du système du fournisseur de services Salesforce.com. Soixante minutes qui peuvent paraître anecdotiques, mais quand des milliers d’entreprises hébergent leurs données dans les serveurs de ce prestataire, le problème devient grave.

Microsoft n’est pas non plus épargné par les turbulences, après l’erreur produite dans son Business Productivity Standard Suite. Le gros de la tempête a toutefois éclaté dans la matinée du 21 avril, lorsque l’Amazon Web Services, un des grands prestataires du cloud computing, a défailli.

Le problème s’est déclenché après une série de défaillances dans le système de restauration des sauvegardes et a persisté pendant quatre longs jours. Suite à cela, 0,07% des données hébergées ont été perdues à jamais. D’importantes firmes du web telles FourSquare, Reddit ou Hootsuite se virent affectées, alors que d’autres, comme Netflix, ont évité l’averse. Leur secret ? La prévention.

Pasarelas_Archivamos81_GarciaHernandez3L’incident qu’a subi Amazon a généré un grand débat sur les réseaux sociaux et a remis en cause la réputation du Nuage. Le cloud computing présente de nombreux avantages pour un grand nombre d’entreprises. Nous devons cependant être conscients du fait que la moindre défaillance/faille hors de notre contrôle puisse compromettre l’entreprise. La préoccupation pour la sécurité doit être constante et une copie de sauvegarde locale peut jouer un rôle clé dans la prévention des risques avant un éventuel désastre. Nous devons néanmoins continuer à avoir confiance dans le Nuage. Les incidents passés nous ont appris que le cloud computing n’est pas un système parfait et que nous devons apprendre de nos erreurs pour éviter une nouvelle tempête.

Política de privacidad